Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/29/d288350998/htdocs/cd351/libraries/cms/application/cms.php on line 464
La médiation artistique et culturelle de sites patrimoniaux

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/29/d288350998/htdocs/cd351/plugins/system/jat3/jat3/core/menu/base.class.php on line 178

Politiques publiques de la culture

La médiation artistique et culturelle de sites patrimoniaux

 
 
 

Il est important de laisser à voir, de laisser à entendre, de laisser poindre la curiosité des visiteurs d’un site patrimonial… peut-être autant que de vouloir transmettre à marche forcée la quintessence d’un savoir savant. En tout cas il est judicieux de multiplier les formes pour empêcher la monotonie. Mais pas pour se doter d’un décor, pas forcément dans une vision utilitariste d’animation du patrimoine.

Avec mon équipe, nous mettons en œuvre autour de sites patrimoniaux en Haute-Savoie, notamment deux d’entre eux : à Taninges, la Chartreuse de Mélan (13ème s.) et notamment son cloître du 16ème siècle. Et à Clermont-en-Genevois, un château Renaissance unique en son genre en pays de

Savoie. Au-delà de visites historiques plutôt classiques, nous avons expérimenté des visites circassiennes, chorégraphiées, qui allient le talent de guides du patrimoine à celui d’artistes professionnels. Ainsi avons-nous demandé il y a quelque temps à la Compagnie Pascoli d’investir la Chartreuse de Mélan pour les Journées du patrimoine en y développant un « parcours d’écritures chorégraphiques ». Cette compagnie grenobloise tente de croiser plusieurs univers (chorégraphique, musicaux, plastique, architecturaux / historiques, actuels…), En organisant des répétitions et des rencontres publiques dès les prémices du travail, dans le cadre d’une petite résidence, elle interroge la place de l’acte artistique. Habiter un temps dans ces lieux du patrimoine, dit Anne-Marie Pascoli, c’est en quelque sorte faire sens, donner du sens à là où j’habite, c'est-à-dire là où ça danse et pense…dans le même mouvement.C’est une démarche qui questionne et qui propose des rapports aux publics différents de ceux rencontrés dans un contexte de diffusion culturelle classique. Il s’agit bien, par cette « présence des artistes » dans les lieux, d’ouvrir le sens et la portée de la création dans le souci de « l’être ensemble ». Ces rencontres sensibles tissent des liens avec des publics (fidèles ou bien nouveaux), qui viennent… ou ne viennent pas « spécialement» pour voir du spectacle vivant,… mais où il s’en invente.

C’est aussi une expérience qui crée des territoires momentanés, où chacun communique avec l’autre dans son temps propre et la singularité de son espace, avec cependant un fil conducteur qui s’impose là, celui de l’acte artistique. De cette proximité naît l’implication, l’expérience concrète de la différence, de la ressemblance. Ces petites résidences sont, pour Anne-Marie Pascoli, comme l’éloge du fragment (des fragments essentiels au vivre), l’éloge de la scène qui vient pour elle-même, qui s’invente, qui s’offre ces mises en rencontres. Des rencontres si nécessaires au cheminement de la pensée et si difficiles à trouver aujourd’hui…Au Château de Clermont, nous avons organisé cet été des visites dansées, en préfiguration d’un nouveau projet scientifique et culturel. Il s’inscrit dans le cadre d’un projet Interreg avec le Val d’Aoste, intitulé « Traditions actuelles ». Ce projet a pour but notamment de favoriser l’appropriation et la transmission de ce patrimoine. Et d’améliorer la relation souvent équivoque des villageois avec « leur » château devenu site départemental et dévolu au spectacle vivant. Au cours de ces visites, le visiteur cet été a donc alterné entre des moments de visite historique et architecturale et des moments de création in situ. Ici, ce sont les danseurs acrobatiques de la Compagnie Retouramont qui ont pris comme source d’inspiration la matière architecturale du château et investi portes, fenêtres et murs, rendant possible la sensation de vertige qui anime leur écriture chorégraphique. Ils explorent chorégraphiquement une façade, la cour, un escalier…en adéquation avec l’environnement. Le mouvement révèle les sens du lieu, son caractère, ses volumes. La danse prend naissance au plus près de la matière. Elle accomplit le rêve du flâneur qui est happé par la hauteur des murs, qui caresse du regard un paysage à perte de vue. Cette relation, du corps à la pierre, du corps à l’architecture, du corps à la nature, pose la question fondamentale du point de vue : le spectateur est donc invité à une nouvelle histoire du lieu, qui intègre les notions, d’enfoncement dans le sol, de verticalité, d’ascension et de chute…

Il est invité à sentir un lieu, à l’éprouver, il se passe quelque chose entre le réel et le merveilleux, ce qu’on pourrait appeler une émotion patrimoniale. Détail important : les artistes n’interprètent pas. En s’appuyant sur l’histoire, ils expérimentent un acte neuf, actuel. Car un artiste parle avant tout pour lui, et ses exigences ne sont pas forcément les mêmes que celles d’un guide du patrimoine. Mais c’est du donnant-donnant, et il peut arriver qu’il y ait interpénétration des deux discours, historique et artistique.

 

En conclusion, je voudrais évoquer Ariane Mnouchkine. Dans le beau documentaire qu’a réalisé Catherine Vilpoux et qu’a diffusé ARTE jeudi dernier. Elle parle à un moment de son film « Molière », en expliquant que c’aurait été un mensonge que de vouloir faire une reconstitution historique. Elle a préféré apporté un regard, des images… pour éclairer, éclaircir… pour ré enchanter le monde, redonner du désir et de l’espoir…

 

Chacun son langage. Dans nos sites, nous essayons d’allier celui d’artistes à celui d’animateurs du patrimoine, en pensant que tous deux apportent quelque chose de singulier à « l’esprit du lieu ».

 
 

François Deschamp

Flash

PROFIL CHARGÉ(E) DE MISSION ORGANISATION DES ASSISES 2019

La FNADAC recherche un(e) chargé(e) de mission auto entrepreneur en capacité d’accompagner le montage de ses rencontres professionnelles en termes administratif et communicationnel.

Un contrat pour les missions suivantes serait proposé :

Contrat forfaitaire de janvier à novembre 2019 : préparation des Assises nationales des DAC – Rennes, 10 et 11 octobre 2019.

Assurer le suivi du montage des 5ème Assises Nationales des DAC organisées par la FNADAC en lien avec la Présidente de la FNADAC et en partenariat avec le groupe technique en charge de l’aspect logistique et technique basé en Bretagne, avec le groupe de pilotage composé de membres du CA de la FNADAC (Paris) et l’Observatoire des Politiques Culturelles (Grenoble).

Lieu des assises : Rennes, octobre 2019. Les dernières Assises nationales de DAC ont réuni plus de 500 participants en 2017.

Détails des missions :

* Le ou la chargée de mission aura en charge la gestion administrative et en partie technique des rencontres :

- interface administrative avec les intervenants (réservation des billets de transports, hôtels, taxis…).

- recherche de prestataires / éventuellement demande de devis, suivi prestataires (lieux, traiteurs, prestataires techniques / logistiques) en lien direct avec le groupe technique.

- prévoir et organiser la présence des différents intervenants en lien avec nos partenaires

- gestion opérationnelle des partenariats

- présence terrain lors de la manifestation (accueil, émargement, signalétique…), participation au suivi et mise en place des dispositifs logistiques

- coordonner le recueil de la « matière » utile au déroulé des assises (supports numériques et papiers…), veille documentaire autour des politiques publiques, relevé de bonnes pratiques, recueil des éléments des associations adhérentes.

- constitution d’un serveur accessible aux membres du comité de pilotage dès 2019 et archivage systématique des documents et du travail produits pour constitution d’une base de savoirs faire et d’archives en vue des prochaines éditions.

- A l’issue des Assises, rédaction du bilan, analyse de la fréquentation et coordination de la réalisation d’actes papiers ou numériques.

  • Le ou la chargée de mission participera également à la construction du contenu et des modalités interactives de fonctionnement des Assises. Sur ce dernier point en particulier, il pourra avoir une fonction d’éclaireur et de veille afin de renseigner le comité de pilotage sur des modalités d’animations innovantes.
  • Le ou la chargé(e) de mission aura en charge la partie communication de l’événement :

- relations publiques

- coordination des invitations et réservations

- conception, rédaction et diffusion du dossier de presse et des communiqués de presse en lien direct avec le comité de pilotage. Couverture médiatique de l’événement.

- coordination de tous les supports de communication - travail au développement des outils numériques : alimentation, mise à jour du site internet et mise en place et suivi d’une stratégie sur les réseaux sociaux, diffusion de l’information.

  • Le ou la chargée de de mission pourra aussi se voir attribuer des taches relevant de la vie courante de la fédération : préparation de CA, comptes rendus, organisation de rendez-vous.

Sur ce dernier point, dans le cadre de la professionnalisation de la fédération, le chargé de mission pourra se voir proposer une prolongation de son contrat au-delà de la date des assises afin d’aider la fédération dans sa structuration (missions de secrétariat, communication, recherche de partenariat, animation de la vie de la fédération, organisation de rencontres, etc).

La mise en œuvre des missions sera réalisée en lien direct avec le Président de la FNADAC et le comité de pilotage des rencontres professionnelles de l’association.

Compétences attendues :

- Aisance rédactionnelle

- maîtrise de l’outil informatique

- bonne connaissance des réseaux sociaux et du web

- assistance au montage et à la gestion de projet

- élaboration de dossiers de demandes de sponsoring et subventions

Savoir-faire :

  • Grande autonomie dans le travail
  • Anticipation
  • Capacité à alerter et rendre compte
  • Capacité à mener un projet dans un délai contraint
  • Initiative, réactivité et sens des priorités

Savoir être :

- fortes compétences relationnelles

- Capacité à fédérer et à gérer la multiplicité de partenaires et les différents niveaux d’information des partenaires et groupes de travail.

- diplomatie

Présence physique : 

Participation au comité de pilotage des assises, quelques CA de la FNADAC (Paris), présence lors des événements (frais de déplacement prise en charge en sus)

Condition de rémunération : auto entrepreneur sur forfait global payable au mois

11 mois de contrat forfaitaire payables sur factures réglementaires.

Critère de choix du candidat par la FNADAC : compétences/expérience/ montant forfaitaire proposé sur devis

DATE LIMITE DES CANDIDATURES : 10 DECEMBRE 2018

Les candidatures sont à envoyer par mail aux deux adresses mails suivantes : deborah.copel@gmail.com

et carole.ziem@gmail.com avant le 11 décembre. Des entretiens auront lieu à Paris le 13 décembre (la date sera confirmée directement aux candidats retenus).

Vous êtes ici : Accueil Politiques publiques de la culture La médiation artistique et culturelle de sites patrimoniaux