Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/29/d288350998/htdocs/cd351/libraries/cms/application/cms.php on line 464
Le développement culturel durable, utopie ou nécessité ?

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /homepages/29/d288350998/htdocs/cd351/plugins/system/jat3/jat3/core/menu/base.class.php on line 178

Aménagement du territoire

Le développement culturel durable, utopie ou nécessité ?

Acteurs culturels locaux, nous sommes confrontés à la diversité des cultures au sens anthropologique (cultures jeunes, urbaines, rurales, religieuses, étrangères, etc.) et aux identités des territoires. Au-delà de l’offre culturelle d’excellence qui a été jusqu’alors le fondement de la politique française, basée sur la création et la diffusion, nous sentons bien que s’impose aujourd’hui l’exigence d’une meilleure prise en compte de la participation et des droits culturels des citoyens (la nécessité de faciliter une pluralité de choix), dans l’esprit de la Convention de l’Unesco sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles (en se rappelant que celles-ci évoluent et qu’il ne s’agit pas de les figer une fois pour toutes, mais de savoir équilibrer l’expression des cultures traditionnelles avec la création de nouvelles formes culturelles).
 
 

Les politiques culturelles de nos collectivités reposent sur la notion de « projet culturel » et répondent à des enjeux de société (ne se réduisant pas à

des programmations et à des dispositifs sectoriels). Elles sont mises en œuvre grâce à des budgets de « fonctionnement »… et pourtant l’enjeu du développement culturel est avant tout un « investissement » : un investissement dans l’humain, en prenant en compte sa part de sensible, d’intime et d’imaginaire. Le rôle de la culture doit être inscrit dans le développement de chaque individu et dans l’épanouissement collectif afin que nous puissions faire société (mieux-vivre ensemble), en restant vigilants face aux dérives de l’individualisme et du relativisme culturel. Les politiques culturelles locales, sous-tendues par des valeurs telles que le pouvoir de création, la connaissance critique, le travail de mémoire, la diversité et le dialogue interculturel … sont parties prenantes du développement de la démocratie et de la citoyenneté.

 
 

C’est pourquoi le triangle du développement durable – croissance économique (soutenable), inclusion sociale et équilibre environnemental –semble insuffisant : la culture pourrait en devenir le quatrième pilier, dans le cadre d’Agendas 21 de la culture qui s’appuient sur un document de référence adopté en 2004 par « Cités et Gouvernements locaux unis », auxquels se sont déjà associées environ 300 villes et organisations du monde entier (telles que le Québec, Barcelone, Gênes, Genève, Lille, Saint-Denis, etc.).

 
 

Et concrètement ?

 

Les collectivités peuvent bien sûr participer, à leur niveau, à de bonnes pratiques écologiques, en incitant par exemple les responsables des festivals à une gestion cohérente des déchets générés par ces manifestations, ou encore les maitres d’ouvrage à restaurer et valoriser leur patrimoine historique, architectural et paysager dans l’esprit du développement durable.

 
 

On doit aussi s’intéresser aux actions artistiques qui explorent la dimension culturelle du développement durable, tant dans leur contenu que dans leur forme (quel moment du processus artistique va-t-on partager pour rapprocher la création artistique des habitants, où et comment ?).

 
 

Par ailleurs, on peut s’attacher à :

 

- soutenir le pluralisme (manifestations interculturelles), croiser les réseaux et les disciplines artistiques (en soutenant notamment l’émergence des arts de la rue et de la piste, des arts numériques, du hip hop, du slam etc.), développer les échanges artistiques et culturels (mobilité des artistes et des œuvres) ;

 

- développer les actions structurantes, de proximité (moins médiatiques mais qui touchent un public nouveau), l’éducation artistique des jeunes, la médiation culturelle, la participation et la formation des amateurs et des associations ;

 

- lutter contre l’exclusion culturelle (en faveur des résidents en maisons de retraite, à l’hôpital, en prison, avec des personnes en situation de handicap ou d’insertion) ;

 

- réfléchir aux meilleures politiques tarifaires, créer des instances consultatives.

 
 
 

La culture est aussi et avant tout un moteur de transversalité avec les autres secteurs de la collectivité (politique de la ville, social, éducation, économie/tourisme, environnement...). On pourrait imaginer d’inclure davantage une perspective culturelle dans toutes les politiques publiques œuvrant dans le sens du développement durable (et concernant le parcours des personnes, de leur naissance à leur mort).

 
 

S’il s’agit d’une démarche volontariste, généreuse et ambitieuse, il n’empêche : les élus locaux et la société civile peuvent s’emparer de cette notion de développement durable pour relancer autrement les politiques culturelles locales, imaginer une nouvelle gouvernance culturelle et s’interroger sur de nouveaux modes d’évaluation.

 

 

 
 
 

François DESCHAMPS

 

 

 

Pour poursuivre : allez visiter la plateforme d’échanges de pratiques : www.reseauculture21.fr

 

Flash

PROFIL CHARGÉ(E) DE MISSION ORGANISATION DES ASSISES 2019

La FNADAC recherche un(e) chargé(e) de mission auto entrepreneur en capacité d’accompagner le montage de ses rencontres professionnelles en termes administratif et communicationnel.

Un contrat pour les missions suivantes serait proposé :

Contrat forfaitaire de janvier à novembre 2019 : préparation des Assises nationales des DAC – Rennes, 10 et 11 octobre 2019.

Assurer le suivi du montage des 5ème Assises Nationales des DAC organisées par la FNADAC en lien avec la Présidente de la FNADAC et en partenariat avec le groupe technique en charge de l’aspect logistique et technique basé en Bretagne, avec le groupe de pilotage composé de membres du CA de la FNADAC (Paris) et l’Observatoire des Politiques Culturelles (Grenoble).

Lieu des assises : Rennes, octobre 2019. Les dernières Assises nationales de DAC ont réuni plus de 500 participants en 2017.

Détails des missions :

* Le ou la chargée de mission aura en charge la gestion administrative et en partie technique des rencontres :

- interface administrative avec les intervenants (réservation des billets de transports, hôtels, taxis…).

- recherche de prestataires / éventuellement demande de devis, suivi prestataires (lieux, traiteurs, prestataires techniques / logistiques) en lien direct avec le groupe technique.

- prévoir et organiser la présence des différents intervenants en lien avec nos partenaires

- gestion opérationnelle des partenariats

- présence terrain lors de la manifestation (accueil, émargement, signalétique…), participation au suivi et mise en place des dispositifs logistiques

- coordonner le recueil de la « matière » utile au déroulé des assises (supports numériques et papiers…), veille documentaire autour des politiques publiques, relevé de bonnes pratiques, recueil des éléments des associations adhérentes.

- constitution d’un serveur accessible aux membres du comité de pilotage dès 2019 et archivage systématique des documents et du travail produits pour constitution d’une base de savoirs faire et d’archives en vue des prochaines éditions.

- A l’issue des Assises, rédaction du bilan, analyse de la fréquentation et coordination de la réalisation d’actes papiers ou numériques.

  • Le ou la chargée de mission participera également à la construction du contenu et des modalités interactives de fonctionnement des Assises. Sur ce dernier point en particulier, il pourra avoir une fonction d’éclaireur et de veille afin de renseigner le comité de pilotage sur des modalités d’animations innovantes.
  • Le ou la chargé(e) de mission aura en charge la partie communication de l’événement :

- relations publiques

- coordination des invitations et réservations

- conception, rédaction et diffusion du dossier de presse et des communiqués de presse en lien direct avec le comité de pilotage. Couverture médiatique de l’événement.

- coordination de tous les supports de communication - travail au développement des outils numériques : alimentation, mise à jour du site internet et mise en place et suivi d’une stratégie sur les réseaux sociaux, diffusion de l’information.

  • Le ou la chargée de de mission pourra aussi se voir attribuer des taches relevant de la vie courante de la fédération : préparation de CA, comptes rendus, organisation de rendez-vous.

Sur ce dernier point, dans le cadre de la professionnalisation de la fédération, le chargé de mission pourra se voir proposer une prolongation de son contrat au-delà de la date des assises afin d’aider la fédération dans sa structuration (missions de secrétariat, communication, recherche de partenariat, animation de la vie de la fédération, organisation de rencontres, etc).

La mise en œuvre des missions sera réalisée en lien direct avec le Président de la FNADAC et le comité de pilotage des rencontres professionnelles de l’association.

Compétences attendues :

- Aisance rédactionnelle

- maîtrise de l’outil informatique

- bonne connaissance des réseaux sociaux et du web

- assistance au montage et à la gestion de projet

- élaboration de dossiers de demandes de sponsoring et subventions

Savoir-faire :

  • Grande autonomie dans le travail
  • Anticipation
  • Capacité à alerter et rendre compte
  • Capacité à mener un projet dans un délai contraint
  • Initiative, réactivité et sens des priorités

Savoir être :

- fortes compétences relationnelles

- Capacité à fédérer et à gérer la multiplicité de partenaires et les différents niveaux d’information des partenaires et groupes de travail.

- diplomatie

Présence physique : 

Participation au comité de pilotage des assises, quelques CA de la FNADAC (Paris), présence lors des événements (frais de déplacement prise en charge en sus)

Condition de rémunération : auto entrepreneur sur forfait global payable au mois

11 mois de contrat forfaitaire payables sur factures réglementaires.

Critère de choix du candidat par la FNADAC : compétences/expérience/ montant forfaitaire proposé sur devis

DATE LIMITE DES CANDIDATURES : 10 DECEMBRE 2018

Les candidatures sont à envoyer par mail aux deux adresses mails suivantes : deborah.copel@gmail.com

et carole.ziem@gmail.com avant le 11 décembre. Des entretiens auront lieu à Paris le 13 décembre (la date sera confirmée directement aux candidats retenus).

Vous êtes ici : Accueil Aménagement du territoire Le développement culturel durable, utopie ou nécessité ?